Parfum d’été

Publié le : 7 septembre 2017
Bateau_fortune

Par Justine Mathieu

Le plaisir des albums jeunesse, c’est la surprise qu’ils nous réservent et l’évasion qu’ils nous procurent. Plongez-vous dans Le Bateau de fortune et vous découvrirez comment une histoire, même campée dans un décor familier, parvient à inciter à l’imagination et à la créativité.

En ce début août, l’été est pour nous déjà bien installé. Pour Michao, Marguerite et le petit narrateur, il ne fait que commencer et c’est au bord de la mer qu’ils décident de l’entamer. Seulement voilà, Michao, bien trop pressé de prendre la route des vacances, a tout oublié : seaux, pelles, serviettes et maillots de bain. Comme si cela ne suffisait pas, la marée basse fait des siennes et les galets propices à la construction d’une forteresse brillent par leur absence.

Qu’à cela ne tienne! Avec un peu d’imagination et un brin de débrouillardise, nos trois amis décident de construire un bateau de fortune sous les instructions détaillées de Michao. Patience, habileté et entraide seront de mise pour qu’au soleil couchant, le bateau arbore fièrement son mât et sa voile. La marée remonte à point nommé pour emporter les efforts d’une première journée d’été finalement bien remplie. Pour connaître la destination du navire, l’imagination fera le reste.

Olivier de Solminihac manie l’art et la manière d’écrire pour conjuguer les mots qui transforment un texte en une histoire tendre et touchante. Quelques paroles s’y glissent ici et là pour que le lecteur puisse ressentir les émotions des personnages (déceptions, plaisirs et réflexions). Le récit, quant à lui, se lit sans interruption avec une quantité de descriptions savamment pensée. C’est ainsi que les lecteurs sont invités à émettre des déductions sur l’environnement. Les illustrations de Stéphane Poulin y contribuent au demeurant. Avec ses peintures pleine page et ses sujets mi-hommes mi-animaux, l’artiste québécois a su de façon surprenante mettre en scène des moments de l’histoire tus par l’auteur français. Un duo que le Prix jeunesse des libraires de Québec n’a pas hésité à révéler comme finaliste en 2016.

Pour construire le bateau de fortune, iPad, ordinateur, téléphone et télévision n’existent pas. Dans cet album, l’enfant découvrira que, même avec peu de chose, il y a toujours de quoi autour de soi pour s’occuper, créer et imaginer.

Le Bateau de fortune

Auteur : Olivier Solminihac

Illustrateur : Stéphane Poulin

Éditeur : Sarbacane

Publication : 2015

Nombre de pages : 26

Âge : 0-8 ans