Quand j’étais chien – Le journal de Zoé Pilou à Cuba

Publié le : 9 novembre 2015
17-chien-Zoé

Quand j’étais chien de Louise Bombardier et Katty Maurey (La courte échelle)

Voici un album au graphisme époustouflant qui plaira aux lecteurs de 15 ans et plus. Antoine a 25 ans mais dans sa tête il n’a que 5 ans. Arriéré, simplet ou autiste, cela n’est pas précisé et surtout pas nécessaire. Nous découvrons son quotidien, la perte de sa mère et surtout le départ de son frère.

Seul, il est incapable de se débrouiller. Son instinct le pousse à se nourrir mais les aliments deviennent de plus en plus difficiles à trouver. Il va pendant un temps habiter avec son chien, unique présence dans la maison.

L’histoire est dure, réaliste et extrêmement émouvante. Il y a des albums qui peuvent toucher le public adulte et ce texte de Louise Bombardier, accompagné des illustrations de Katty Maurey, en fait partie. Il permet de réaliser ce que cela signifie de dépendre complètement de son entourage. C’est un livre audacieux qui reste longtemps à l’esprit.

Le journal de Zoé Pilou à Cuba de Christelle Guénot (Mango Jeunesse)

Il paraît que la lecture permet de voyager. Si vous en doutiez, la collection J’ai la terre qui tourne aux éditions Mango, saura vous convaincre. Le principe est simple et efficace. Chaque titre propose de nous faire plonger, par le biais d’un journal intime, dans le quotidien d’un jeune à l’étranger. Le récit est accompagné d’illustrations et de croquis de voyage.

Dans le journal de Zoé Pilou à Cuba, nous suivons la narratrice Zoé, une jeune adolescente dont le père est français et la mère cubaine. Un jour, à la surprise de tous, sa mère retourne dans son pays pour revoir sa famille. Elle laisse son conjoint et sa fille dans un grand désarroi… Après plusieurs mois agrémentés seulement de quelques lettres, le duo délaissé décide de partir rejoindre « la fugueuse ».

C’est l’occasion pour Zoé de découvrir le pays de sa mère et de rencontrer toute sa famille qu’elle n’avait encore jamais connue. Émouvant et ludique, le texte s’accompagne de superbes aquarelles qui nous montrent une île cubaine réaliste et mystérieuse. Dans la même collection, vous trouverez également Le journal de Lola Tessier au Maroc de Armandine Penna et Claire Dupoizat

Chronique précédente | Chronique suivante